search  
print
Publications › ArchivesАrticles en Français
13.09.2014

La Russie refuse de libérer Savchenko et Sentsov

   

La Russie considère que la femme officier ukrainienne capturée par des militants pro-Kremlin et déportée en Russie ne peut pas faire partie de l’échange de prisonniers prévu par les accords de Minsk. Un porte-parole a déclaré que les accusations portées à l’encontre de Nadiya Savchenko et de quatre opposants à l’annexion de la Crimée étaient "graves".

La Russie considère que la femme officier ukrainienne capturée par des militants sponsorisés par le Kremlin et déportée en Russie ne peut pas faire partie de l’échange de prisonniers prévu par les accords de Minsk. Interrogé sur la possible libération de Nadiya Savchenko et d’Oleg Sentsov, le porte-parole du ministère des affaires étrangères russe Alexander Lukaschevich déclare ne pas voir de lien entre ces affaires et le protocole de Minsk qui traite des prisonniers de guerre.

Il a également confimé avoir été interrogé à ce sujet par Thorbjörn Jagland, Secrétaire Général du Conseil de l’Europe."Nous lui avons répondu très clairement qu’en rapport avec tout un ensemble d’actions, de graves accusations avaient été portées contre eux, et que celles-ci seraient examinées selon les normes de notre législation". Il a reconnu qu’il y avait "un aspect humanitaire à ce problème" et a promis d’en vérifier les détails afin d’offrir une réponse plus précise.

Il faut espérer qu’il se hâte de le faire car il y a infiniment plus qu’un simple "aspect humanitaire" dans cette affaire.

Nadiya Savchenko

Dans son exposé du 11 septembre, Lukaschvich a nié que la Russie est partie prenante au conflit. Même si ceci était correct, la libération de Nadiya Savchenko tomberait sous le coup des accords de Minsk puisqu’elle a été faite prisonnière par des militants de la soi-disant République Populaire auto-proclamée de Luhansk.

Comme rapporté auparavant, Savchenko a été capturée le 17 ou le 18 juin. Deux jours plus tard une vidéo a fait surface qui la montrait subissant un interrogatoire de la part des militants. Elle a montré du courage pendant son interrogatoire et a refusé de donner aux militants les informations qu’ils voulaient lui soutirer.

Le 2 juillet, une cour de justice russe a ordonné sa détention provisoire jusqu’au 30 août. Le comité d’enquête russe a annoncé le 9 juillet que Savchenko est accusée de "complicité de meurtres sur deux ou plusieurs personnes en mission officielle, dans des circonstances mettant le public en danger, pour des motifs de haine politique".

La cour a fait aussi valoir que Savchenko a franchi la frontière russe sans aucun papier, en prétendant être une réfugiée. La cour prétend que la vérification de son identité a été la cause initiale de sa détention.

Cette fable est niée en bloc par Savchenko qui rapporte qu’elle a été emmenée de force de l’autre côté de la frontière, menottée et la tête couverte d’un sac. La version des enquêteurs russes est par ailleurs totalement invraisemblable. Pour plus de détails concernant les failles de l’accusation et l’utilisation de la télévision russe pour essayer de les maquiller, lire ceci.

Contre sa volonté et sans justification, Nadiya Savchenko a été placée au célèbre Institut Serbski pour "examen psychiatrique".

Oleg Sentsov et trois autres opposants à l’occupation de la Crimée

Il a n’été fait mention que du cas du réalisateur de cinéma criméen Oleg Sentsov, mais en réalité les services de sécurité russes du FSB ont arrêté quatre hommes en Crimée en mai 2014.   Oleg Sentsov, Oleksandr Kolchenko, Gennady Afanasyev et Oleksy Chirny sont des opposants actifs à l’annexion de la Crimée par la Russie. Ils ont été arrêtés à différents moments en mai. Après avoir été interrogés et semble-t-il torturés, ils ont été transférés à Moscou où ils font l’objet d’acusations de terrorisme complètement abracadabrantes. Chirny a aussi subi "l’examen" psychiatrique de l’Institut Serbski et l’ONG Open dialogue a exprimé la crainte qu’il n’ait été victime de psychiatrie punitive.

Yury Yatsenko

Cet étudiant en dernière année de droit de Lviv est détenu dans la région de Kursk en Russie depuis mai et il fait maintenant l’objet d’accusations fantaisistes. Plus de détails ici: Russia’s Geopolitical Prisoners

Halya Coynash

(Traduction : Pierre Mercier )

English text: Russia claims release of Savchenko and Sentsov not part of Minsk deal

see also:

No to punitive psychiatry against Nadiya Savchenko!
Nadiya Savchenko: Yanukovych fell, so will Putin
Nadiya Savchenko’s defence hopes for a swap of prisoners
Russian TV helps prosecution in Nadiya Savchenko case
Nadiya Savchenko appeal hearing due on July 25
Russian court recognizes ‘Donetsk & Luhansk People’s Republics’
Nadiya Savchenko confirms she was taken to Russia by force (updated)
RUSSIAN FARCE
Oleg Sentsov’s detention extended again
Nikita Mikhalkov also calls for Oleg Sentsov’s release

 

Recommend this post
X




forgot the password

registration

X

X

send me a new password


on top